Archives de l’auteur : Mélanie

Comment réaliser une planche d’ambiance efficace? – Mes conseils

Les planches d’ambiance sont devenues très tendance ces derniers temps. Avec leurs belles photos collées les unes aux autres, ce montage a l’air très facile à réaliser. Pourtant, concevoir une planche d’ambiance efficace, équilibrée et qui donne une vraie ligne directrice à votre futur projet déco n’est pas si évident que cela. La planche d’ambiance, ou planche tendance en décoration (ou encore moodboard dans le milieu de la communication) est un outil de communication qui permet de mettre au clair des idées d’aménagement intérieur dans la phase de conception d’un projet de décoration. Elle permet de rassembler et de condenser les informations liées au projet déco et ainsi de visualiser de manière simple l’aspect et l’atmosphère que vous souhaitez donner à votre intérieur.

Pour bien commencer

Avant toute chose, il est important de définir un espace, une limite qui vous permettra de créer plus facilement : par exemple, un tableau en liège permet de punaiser et de bouger facilement vos photos, bouts de tissus et autres trésors récoltés et il permet de délimiter une « zone d’intervention ». Avoir des limites est toujours plus rassurant.  Une fois aguerri à l’exercice, vous pourrez aussi disposer vos photos directement sur un mur.  Le tableau en liège est une première étape qui vous permet de récolter vos informations. Par la suite vous ferez le tri et déterminerez ce qui est le plus pertinent et qui interviendra réellement dans votre planche d’ambiance finale.

Le matériel

  • Un tableau en liège ou cadre (A3)
  • Une feuille à dessin format A3 ou A4
  • Du scotch double-face ou repositionnable ‘évitez la colle en tube qui fait gondoler le papier) ou des punaises (discrètes)
  • Des ciseaux et cutter
  • Des magazines déco/lifestyle/voyage

Les erreurs à éviter

L’important pour faire une bonne planche d’ambiance est de ne pas avoir d’idées préconçues sur le projet final. Trop souvent, on peut voir des planches d’ambiance qui réunissent des éléments (mobilier ou petites fournitures déco) que l’on va retrouver dans les planches shopping et qui sont disposés les uns à côté des autres. Pour moi, il ne s’agit pas là de planches d’ambiance, même si elles peuvent tout à fait être agréables à l’œil, mais de planches shopping bis car ce n’est qu’une redite de ce qui va être développé dans le projet. Et surtout, cela suggère que vous avez déjà projeté ce qui va intervenir dans votre projet. C’est une sorte de travail à l’envers, directif, prémâché et figé. En agissant ainsi, vous allez contrôler à l’avance le résultat final et vous limiter dans le processus créatif. Karine Mazeau, dans  Planches tendances en décoration d’intérieur, décrit ce processus de travail comme des « calculateurs rationnels » :

« Ceux qui essaient de faire de la planche tendances une représentation exhaustive de ce qu’ils ont prémédité (déjà !) pour ce projet et qui butent à toutes les étapes : ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent dans les magazines (forcément !), peu ou trop de choses les inspirent, les images qui représentent leurs désirs ne sont pas à la bonne taille, n’ont pas la bonne couleur. Ils n’ont pas trouvé la bonne quantité de parquet pour couvrir la surface qu’ils ont prévue, ils n’ont pas l’image du canapé qu’ils voudraient mettre dans le salon… »

Ici, par exemple, même si la planche d’ambiance offre des couleurs harmonieuses, les informations sont une redite de ce que l’on peut trouver dans la planche shopping. Donc des éléments de shopping sont déjà prédéterminés en amont. Si vous procédez ainsi, vous allez vous enfermer dans des éléments figés qui ne vous correspondront peut-être pas vraiment ou répondront alors à une tendance qui passera de mode. Voilà pourquoi il est également préférable de travailler sur papier plutôt que sur ordinateur car effectuer des recherches sur Internet vous amène souvent à chercher des choses précises donc cela peut vous limiter dans votre processus créatif. Si vous préférez toutefois procéder par ordinateur, créez-vous des tableaux Pinterest et procédez comme pour un tableau en liège : récoltez plusieurs idées, visuels, textures et couleurs. Ne vous limitez pas. Vous ferez le tri ensuite pour votre composition finale.

Ce qu’il faut privilégier

• La planche d’ambiance devrait suggérer les couleurs, les matières et les lignes de design qui vont être utilisées dans votre projet déco.

• Il est important également de tenir compte du « rapport de proportion des « ingrédients » entre eux : couleurs, formes, matériaux, styles… » (Karine Mazeau, dans  Planches tendances en décoration d’intérieur) c’est-à-dire de suggérer dans votre planche d’ambiance à quelles mesures telle couleur va être utilisée et tel matériau va intervenir. Ainsi, si vous utilisez une touche colorée comme couleur d’accent dans votre décoration, il ne s’agit pas là d’une teinte dominante. Elle ne devra alors pas occuper beaucoup d’espace dans votre planche d’ambiance.

• Ne cumulez pas trop d’images dans votre planche d’ambiance.  Le but est de simplifier votre propos. Restez concis. Mettre plus de 10 images qui représentent toutes quasiment la même chose n’apporte rien d’informatif quant à l’ambiance que vous souhaitez créer. Par ailleurs,  plus il y  a d’images, plus la lecture est compliquée et brouillon car l’information est noyée dans un trop plein. Limitez-vous à une dizaine de photos maximum.

• De la même manière, il peut être intéressant de mixer différentes largeurs de plans dans les photos que vous choisissez : plan d’ensemble ou plan moyen pour voir un espace en entier, des plans plus rapprochés pour voir un élément de déco en particulier et des très gros plans pour mettre en avant les matières et les textures. Pour résumer, limitez-vous à 2 ou 3 photos générales concernant votre ambiance, puis intégrez 2 ou 3 photos de matières et textures et faites de même pour les couleurs. Ainsi votre planche d’ambiance sera équilibrée, vivante et réellement informative.

• Enfin, pensez aussi aux images d’ambiance qui ne représentent pas forcément un intérieur. Une belle image de paysage (forêt, mer, montagne, champ de fleurs…), des ombres sur un mur, les couleurs d’un coucher de soleil sont autant d’images inspirantes. J’aime penser mes planches d’ambiance comme une ballade printanière par exemple ou une sieste estivale et pas forcément avec un style décoratif particulier. Ainsi, la décoration vous aidera à traduire ce sentiment que vous avez mis en avant dans votre planche d’ambiance. Fonctionner de la sorte ne vous enferme donc pas dans un style en particulier.

Bien-sûr je vous présente ici ma manière de procéder. Chacun fonctionne différemment. Prenez les conseils qui vous conviennent et surtout insufflez votre « patte » à vos planches d’ambiance ! A vous de jouer maintenant !

Mel. +++

Crédit photo : Mélanie Cotton Décoration

De l’importance de l’imperfection en décoration

Si vous pratiquez un peu les réseaux sociaux, vous avez sûrement remarqué qu’on arrive à voir passer un peu tout le temps le même style de photos (jusqu’à overdose), que votre thème de prédilection soit le voyage, la déco ou les photos culinaires. Du coup, cette répétition joue le même rôle qu’une publicité ou un slogan qui tourne en boucle, encore et encore. Plus vous l’entendez, plus il reste dans votre tête et plus vous l’assimilez. Les photos, c’est pareil : plus vous voyez le même style d’intérieur, plus vous assimilez ça comme la norme. C’est le principe du « bis repetita » : « les choses répétées plaisent » (Haec decies repetita placebit).

Les normes et modèles des mass média

A force de voir toutes ces photos d’intérieurs quasi similaires je dois dire que j’ai repensé à mes recherches quand j’étais étudiante en art. Pour mon mémoire de fin d’études je m’étais intéressée aux mécanismes de la société de consommation (à partir des années 60) et plus précisément à ses travers. Je m’étais posée la question de la place d’une œuvre d’art, censée être authentique et unique, dans une société dont le fonctionnement de base repose sur la diffusion en masse de « modèles » (architecturaux, politiques, sociaux, etc.) au travers des médias. Mais cette réflexion pouvait bien évidemment s’appliquer également au design ou de manière générale à tout ce qui touche le principe de création.

Ce qui m’interroge, c’est que dans ce mécanisme de culture de masse, notre expérience s’en trouve impactée. Je m’explique… Ce que l’on appelle les « mass média » (télévision, presse écrite, publicité, cinéma…) nous proposent à grande échelle leurs propres expériences, leurs propres apprentissages et peuvent donc diffuser leurs modèles spécifiques. Les médias dans leur diversité – des téléphones à l’Internet – sont devenus les principaux canaux d’assimilation et d’apprentissage (avoir Cyril Hanouna et ses compères en maîtres instructeurs est effectivement une avancée grandiose dans le monde de l’éducation…), remplaçant alors la fonction dévolue habituellement à la famille et à l’école. Ces médias, soumis à la société de consommation et à la culture de masse, véhiculent aussi des « valeurs » (<<< notez bien les guillemets !) centrées sur la réussite individuelle, l’argent et la consommation (déduction assez évidente, malheureusement). Rien de mieux pour se sentir détendu qu’un petit tour sur Instagram ou Facebook et voir les réussites s’afficher, le nombre de followers grimper, les projets pro s’enchaîner, les partenariats se concrétiser, les intérieurs parfaits parfaitement mis en scène…

Mais en fait, c’est quoi la réussite?

D’un point de vue objectif, il ne tient qu’à vous de définir ce qu’est la réussite. Et moi, j’avoue que mes modèles de réussite sont simples. Ils n’ont pas de grande maison impeccablement décorée avec les dernières tendances, ne déménagent pas tous les 36 du mois juste parce qu’ils se lassent de leur intérieur et ne définissent pas la réussite par le nombre de contrats signés et de zéro sur le CA de fin d’année. Pêle-mêle, ces modèles (en matière de déco et dans la vie en générale) ce sont Emily Henson et Atlanta Bartlett pour leur approche de la décoration simple, naturelle et décomplexée, Rob Greenfield et Ben Fogle pour leurs enseignements vitaux et profonds, mais aussi à ma petite échelle, mon amie @angelaplaceart pour ses choix de vie « hors norme », @sileneaudibert pour son talent et sa sagesse… Il y a aussi toutes les personnes qui m’entourent, proches et parents, plus discrets… Des vies simples et authentiques, loin des beaux clichés instagrammables.

Se réapproprier nos intérieurs !

On peut très vite se laisser prendre par toutes ces belles photos de réussite affichée. Il devient alors nécessaire de ne plus se laisser influencer par les modèles véhiculés par les mass média mais bien au contraire de tenter de se réapproprier notre environnement pour ainsi « se refaire un corps d’expérience » (Amour, gloire et CAC 40, de Jean-Charles Masséra, 1999). L’« expérience » c’est ce que les joyeux lurons des écoles de commerce appellent aujourd’hui le storytelling. Le storytelling, c’est vous raconter une histoire, belle et émouvante (c’est encore mieux), pour que le produit à vous vendre vous parle. En l’occurrence, le produit peut également être un joli feed sur les réseaux sociaux : Martine dans sa cuisine qui se demande ce qu’elle va cuisiner ce soir ou qui est super fière d’avoir un beau gâteau (mais pas trop parce qu’il faut qu’il soit juste un peu imparfait pour faire authentique), Martine qui prend en photo la chambre de sa petite dernière et qui repense, si émue, comment elle a bien grandi (et qui en profite aussi pour faire du placement de produits…hic), Martine en vacances (dans un paysage instagrammable, c’est le minimum), Martine enceinte si belle et épanouie, mais aussi Martine et ses doutes parce qu’elle reste humaine avec ses questionnements quand même… Bref, Martine et sa vie. L’authenticité est devenue un produit, à tel point que cela devient paradoxal : créer des images de toutes pièces en vantant l’authenticité de celles-ci ! Et c’est exactement pareil pour les intérieurs.

Des intérieurs imparfaits mais vivants !

Attention, entendons-nous bien, je ne fais pas une critique de ces intérieurs parfaits. Tout cela est subjectif. Chacun ses goûts, donc à chacun son intérieur. Ce que je relève seulement c’est, que nous le voulions ou non, nous avons des modèles qui sont vantés par différents canaux (instagram, les magazines déco et lifestyle…) et que de fait nous sommes influencés. Le plus dur dans tout cela, c’est de prendre seulement ce qui nous intéresse. Etre inspiré et influencé par telle ou telle déco ce n’est pas bien grave en somme, il faut juste savoir faire la part des choses : arriver à définir le style que l’on souhaite et arriver aussi à s’en éloigner pour insuffler sa « patte », son style, sa personnalité dans son intérieur. C’est pour ça que j’ai décidé de m’intéresser à l’imperfection en matière de décoration. M’intéresser à ces intérieurs « normaux », à ceux que nous habitons et surtout qui ne répondent pas à des codes de design. Je fini d’ailleurs sur un post récent de Emily Henson sur son compte @lifeunstyled , que je trouve parfaitement juste et qui résume toute ma pensée. Je vous le retranscris ici (pour voir l’original, c’est par là) :  

« N’importe quel styliste d’intérieur, designer ou « expert » qui vous dit qu’il a trouvé une solution permanente pour cacher les câbles et les fils disgracieux n’est pas complètement honnête. Saviez-vous que les fils des lampes sont souvent coupés dans les photos des intérieurs que vous voyez dans les magazines et la publicité ? Même chose avec les horribles prises murales et les interrupteurs – disparus. De nombreux « influenceurs » dans le domaine de la décoration que vous suivez ici auront également opéré de la magie sur leurs photos avant de les partager. Il est également rare de voir une photo d’une télévision dans ces mêmes publications, comme si nous vivions tous des vies idylliques où nous lisons Emily Dickinson aux chandelles au lieu de regarder Netflix. J’ai toujours pensé que ce genre de publicité mensongère avait le même effet sur le public que les mannequins ayant leur cellulite retouchée dans les magazines de mode. Cela nous laisse penser que personne n’en a alors que la plupart des gens en ont. Ces fils désordonnés qui « ruinent » une bonne photo d’intérieur ? Nous les avons tous. C’est pourquoi j’ai créé le blog Life Unstyled il y a de nombreuses années pour lever le voile sur le manque de sincérité de ces intérieurs et faire en sorte que les gens se sentent mieux dans leur propre maison. Alors soyez gentils avec vous-même et aimez votre maison pour toutes ses imperfections. Plus que jamais, nos maisons doivent être notre havre de paix. »

Je partage totalement la vision d’Emily Henson et je trouve que cette position est bien trop rare en France. Pour ma part, c’est ma vision de la décoration  et c’est ce que j’essaie de retranscrire dans  mon travail.

Je crois que l’imperfection est nécessaire en décoration

parce qu’elle insuffle de la vie à nos intérieurs

Mel. +++

Crédit photo : Paulina Arcklin / Emily Henson / Atlanta Bartlett

Quelques clés pour personnaliser sa décoration

Il est vrai que l’on souhaite tous avoir une décoration qui nous ressemble. On rêve en feuilletant les catalogues de décoration et en même temps on espère que ces achats standardisés reflèteront notre personnalité. Alors même que ces catalogues classent la décoration par grande thématique : industrielle, bord de mer, girly, vintage, exotique… Sauf que, trouver votre style et par là-même personnaliser votre décoration, est bien plus compliqué que ça. Vous ne pouvez pas vous résumer à un seul et unique style : « j’aime le style industriel alors je vais acheter tous les « attributs » de ce type de décoration ». Pour le coup, vous réussirez à créer le style industriel chez vous, mais sans âme, et sans passion parce que vous aurez juste coché les bonnes cases et empilé les clichés du style les-uns après les autres. C’est une décoration que vous pourrez retrouver chez n’importe qui. Alors, vous me direz, comment faire ? Comment faire en sorte pour que ma décoration reflète ma personnalité ?

Connais-toi toi-même

Personnaliser votre décoration et créer votre style demande un vrai travail d’introspection. « Qui êtes-vous ? » Voilà la première question de mon workbook à laquelle mes clients doivent répondre. Ça n’a l’air de rien comme ça, une question anodine et plutôt banale… Sauf que derrière cette question « gentillette » découlent les grandes lignes de votre style. Quand mes clients jouent vraiment le jeu, et s’interrogent sur eux, je vois vraiment qu’il est alors plus facile pour moi de leur créer une décoration à leur image. Quand ils me parlent de leurs souvenirs marquants, des couleurs et des matières qui y sont associées, des petits détails qui ont pu sembler anodins au moment où ils les vivaient mais qui se révèlent faire partie d’eux-mêmes, de leur histoire. Ce qu’il faut se dire, c’est que vous ne vous résumez pas au fait d’aimer le bleu ou le jaune et de détester le rouge par exemple. Il est surtout intéressant de comprendre pourquoi afin de cerner votre personnalité. Si je réponds moi-même à la question, je pourrais dire, entre autres, qu’ayant grandi à la campagne j’apprécie la simplicité et la beauté des matériaux bruts, surtout le bois. J’aime la nature. Je ne suis pas une grande fan de la ville mais j’y apprécie notamment l’accès à la culture. J’aime les couleurs douces, j’aime ce qui est beau, certes, mais sans « chichis ». J’aime les intérieurs dans lesquels on peut évoluer naturellement type « maisons de famille »…

Fonction et esthétisme

Il faut donc mettre en place des « stratégies » qui vont répondre à vos réels besoins dans un espace en particulier ; la décoration, au sens esthétique du terme, sera simplement l’enveloppe pour rendre tout cela beau et agréable à l’œil. Par exemple, pour ma part, ma fille aime investir le salon pour être avec moi en famille ; il faut donc intégrer une partie de ces jouets dans cet espace commun en évitant de le transformer en seconde chambre d’enfant. Je dois organiser les jouets dans des rangements pratiques, modulables et facilement accessibles pour elle (et esthétiquement acceptable pour moi !). Je dois aussi définir auparavant les jouets qui seront au salon et ceux qui resteront dans sa chambre, avec lesquels elle a l’habitude de jouer dans sa chambre. J’ai décidé de ranger les jouets dans des paniers en bambou, en bas d’une étagère ouverte pour qu’ils soient facilement accessibles. Cela répond typiquement au style bohème et naturel. Je lui ai aussi créé un espace lecture qui s’intègre dans le salon et où tout le monde a sa place dans une ambiance hygge. Cette proposition s’intègre parfaitement à la pièce de vie et tout le monde y trouve son compte : ma fille a ses jouets à proximité et peut rester avec moi au salon, quant à moi, je garde cet espace agréable à vivre…

Cette petite installation aurait très bien pu prendre une autre forme : les paniers auraient pu être remplacés par des malles en métal ou de simples boîtes cartonnées. Le banc hygge, aurait pu accueillir un matelas de sol au lieu d’une peau de mouton pour donner un rendu plus scandinave et moderne. L’important est donc bien de définir ses réels besoins en amont puis de choisir la forme esthétique qui y répondra, de mettre le style au service de ces priorités. C’est l’enveloppe qui vient rendre tout cela agréable à l’œil. Il est important de mettre en avant la manière dont vous vivez pour définir vos besoins. Tout le monde n’a pas besoin d’avoir un salon ET une salle à manger. Ou encore une cuisine suréquipée… Oubliez les agencements « traditionnels » et créez celui qui vous correspond. Demandez-vous comment vous vivez ? De quoi avez-vous besoin selon vos habitudes de vie ? Pourquoi suivre des conventions ? Il s’agit de votre espace, de votre lieu de vie alors il est important de l’aménager selon vos nécessités. C’est comme cela que vous parviendrez à personnaliser votre intérieur. Chez moi, je n’ai pas de salle à manger. Je n’en ai pas l’utilité. Je ne fais pas de grand repas très formels. Je reçois rarement. J’ai donc transformé la partie salle à manger en bureau aussi bien pour moi que pour ma fille. C’est effectivement le coin où nous nous retrouvons toutes les deux pour travailler et pour créer (peinture, dessin…). C’est un peu comme notre « petit atelier ». Le reste de la pièce est dédié classiquement au salon. Et si je dois recevoir, c’est autour de la table basse avec un apéro dinatoire. On picore, on parle et c’est très bien !

Voici quelques autres exemples-types que j’ai pu rencontrer lors de mes visites conseil :

Un couple avec de jeunes enfants

Les enfants vont inévitablement investir le salon. La priorité est de définir les jeux qui vont « intégrer » le salon, le plus souvent des jeux pouvant être partagés en famille. Il est bon d’avoir un panier, un joli coffre ou un meuble dédié au rangement de ces jeux (ou alors privilégiez un banc TV taille XL avec plein de tiroirs). Si possible, intégrez ces rangements proche de la table du salon pour pouvoir partager des moments en famille avec : un cahier de coloriage, une boîte de feutres et un carnet à dessin, une petite mallette de jeux de société « classiques » (Petits chevaux, Jeu de l’oie, Yam, Mikado, Puissance 4, Qui est-ce ? en version voyage pour prendre moins de place, Jeu des 7 familles, Jeu de cartes traditionnel, Dominos…). Ce sont des jeux ou activités qui se mettent en place rapidement et qui permettent de faire des parties qui ne durent pas trop longtemps. Cela peut donc être un moment de partage le soir avant le coucher par exemple. Dans ce cas, il faut beaucoup de rangements et surtout penser aux enfants, à la vie de famille : ils prendront agréablement part aux apéros entre amis avec des petites chaises ou petits tabourets autour de la table basse ; ils apprécieront sûrement d’avoir quelques étagères qui leur seront dédiées pour ranger leurs plus beaux livres ; ils aimeront se blottir contre vous dans le grand canapé familial pour une soirée télé… Il faut donc prioriser un grand canapé, une grande table basse également qui puisse accueillir aussi bien les jeux que les apéros et enfin différents types de rangements (fermés et ouverts).

Un trentenaire urbain, actif et vivant seul

Il aime le sport, les films et partager de bons moments entre amis. Sa priorité est le salon. Il faut dans ce cas tout miser sur un salon chaleureux et convivial où il peut recevoir les amis sans chichi. Un bon canapé, accueillant, une table basse assez grande pour les apéros dinatoires, et quelques assises complémentaires. Les rangements ne sont pas un souci car ses rangements actuels lui suffisent.

Un couple actif dont les enfants sont déjà partis du foyer

Ils travaillent dur, aiment profiter d’un bon repas le soir au salon en mangeant devant la télévision. Mais ils aiment aussi recevoir le week-end. Apéro au salon puis un repas à la salle à manger ; il s’agit souvent de grande tablée. Priorité salon : un bon canapé pour se détendre, une table basse qui peut se moduler en fonction des besoins et des convives. Mais il est important également de ne pas négliger la partie salle à manger.

Tous ces exemples nous montrent bien que l’important est avant tout de comprendre ses besoins pour définir le mobilier approprié qui y répondra. Le style, qu’il soit bohème, scandinave, industriel campagne chic… n’est qu’une enveloppe esthétique qui est là pour habiller le tout, créer une ambiance harmonieuse et agréable à vivre. Généralement, quand vous meublez une pièce, je vous conseille d’opter pour des meubles pratiques et fonctionnels, intemporels que vous viendrez ensuite « habiller » et accessoiriser dans le style qui vous correspond. Les décorations murales, les textiles déco ainsi que vos souvenirs permettront également par la suite d’apporter votre touche à une base de mobilier neutre qui laissera libre cours à votre personnalité !

Mel. +++

Crédit photo : Mélanie Cotton /

Des crédences simples et abordables pour une cuisine pleine de style

La simplicité est votre meilleure amie en matière de décoration. La cuisine est souvent un poste important en termes de coût, entre la conception, l’aménagement et l’achat de l’électroménager. Bien souvent, notre œil est habitué à voir de belles cuisines contemporaines, au mobilier design et léché, avec des crédences travaillées, du carrelage contemporain aux formes et dimensions atypiques qui ne font qu’accroître le coût total… Vous obtenez, au final, une cuisine parfaitement parfaite, mais avec un investissement démesuré !

Je suis toujours partisane d’une décoration harmonieuse avec peu et cela m’importe de vous démontrer que le style n’est pas l’apanage des pièces design. Je trouve particulièrement intéressant de se pencher sur des intérieurs en apparence modestes mais qui ont été aménagés avec goût et ingéniosité et dont la simplicité du style ne les rend que plus accueillants et conviviaux. Nul besoin de dépenser des mille et des cents dans une décoration moderne et contemporaine. Pour apporter du style, « votre » style à votre intérieur, il est surtout nécessaire de savoir mettre en scène ce que vous possédez.

En terme de cuisine, si vous ne pouvez pas rogner sur les meubles et l’électroménager, vous pouvez par contre alléger vos dépenses concernant le carrelage et la crédence en optant pour les carreaux les plus simples que l’on trouve (et donc pour un coût moindre), à savoir : les carreaux de métro (environ moins de 13€/m²) et les petits carreaux blancs carrés de 20 x 20 cm. Là en terme de simplicité, on est bien ! Et pourtant, en jouant sur la pose du carrelage, sur l’accessoirisation de la cuisine et sur des détails déco vous pouvez tout à fait apporter du style à votre cuisine.

1/ Jouer sur la pose du carrelage

Les carreaux de métro permettent de varier la pose du carrelage et d’apporter ainsi un style travaillé à la cuisine. Vous pouvez opter pour un rendu « traditionnel », avec une pose en bande horizontale et jouer sur les joints, qu’ils soient droits (7) ou décalés (3). Vous pouvez aussi jouer sur la couleur du joint : blanc pour un côté minimaliste ou noir pour créer un contraste avec les carreaux blanc. A l’inverse, il existe aussi une pose en bande verticale, en joints, là aussi, droits (6) ou décalés (8). J’aime beaucoup ce type de pose car on ne la voit pas partout mais je trouve qu’elle apporte beaucoup de style avec de moindres efforts !

Enfin, une pose particulièrement chic est la pose en chevrons (9). Elle rappelle les parquets Point de Hongrie qu’on trouve dans les grands appartements classiques français. Et un petit conseil : pour apporter un effet de style, il est toujours intéressant en décoration de miser sur des pièces XL comme ici, recouvrir la totalité du mur de crédence, de haut en bas, du motif chevrons. Cela donne beaucoup de caractère à la décoration.

2/ Faire ressortir un mur

Si vous trouvez que votre crédence est « tristounette » avec ces carreaux blancs, vous pouvez aussi choisir de marquer l’espace par un élément de couleur : un papier-peint, une peinture, ou choisir seulement quelques carreaux de couleur ou à motifs pour venir rehausser votre crédence. Ici, les carreaux type « azulejos », alliés aux meubles peints en vieux rose, apportent un côté familial et convivial à la cuisine, un sentiment de bien-être immédiat.

C’est exactement ce sentiment que l’on retrouve aussi dans cette cuisine avec son mur terracotta, merveilleusement mise en scène grâce à une accumulation de plantes et de vaisselle vintage (compte Instagram de @takduzoitakladnie). Sans cet élément de décoration particulier, la cuisine serait effectivement anodine. Mais cette mise en scène assumée est profondément empreinte du style de la propriétaire et apporte un côté chaleureux et gai que l’on s’attend à trouver dans une cuisine familiale. C’est simple et efficace !

3/ Adopter le total look

Pour un rendu impressionnant et stylé tout en simplicité, rien ne vaut le « total look ». Des carreaux de métro blancs ou des petits carreaux de 20 x 20 cm, de haut en bas et de long en large, dans toute la cuisine ! Ça donne un côté cuisine de restaurant bien sympa et très pratique pour le nettoyage ! Attention, cet effet est surtout intéressant dans les petites cuisines. Intégrez du bois pour réchauffer l’ambiance, sinon vous aurez l’impression d’être dans un laboratoire…

4/ Jouer du contraste…ou pas

Si vous ne voulez pas faire de fautes de goût, misez sur le contraste noir et blanc. C’est un intemporel qui apporte un côté graphique et contemporain à toutes les décorations. L’avantage, c’est que tout se marie avec le noir et blanc. Mais, vous pouvez aussi miser sur un côté minimaliste et parier uniquement sur la pureté du blanc…

5/ Mettre en scène les accessoires de la cuisine

Enfin, vous pouvez vous servir de la sobriété de vos carreaux de métro pour mettre en avant vos accessoires de cuisine grâce à de simples patères et étagères en bois. Mettez en scène vos casseroles, vos ustensiles de cuisine, vos planches à découper, votre vaisselle, vos boîtes en métal… pour donner un côté campagne chic et rustique toujours très chaleureux.

Vous pouvez aussi réchauffer l’ensemble avec un tapis coloré qui fera son petit effet !

cuisine bohème blanc et laiton avec tapis coloré

Si vous voulez d’autres exemples de cuisines, pas du tout design mais totalement conviviales, je vous recommande de jeter un œil sur le compte Instagram @my.ktchn. Très inspirant !

Mel. +++

Crédit photo : Pinterest / @takduzoitakladnie / @my.ktchn

Pourquoi le “coup de cœur” est votre ennemi en décoration.

S’il y a bien un terme récurrent en décoration (et même plus généralement) c’est le fameux « coup de cœur ». Chaque magazine, chaque émission de déco, chaque « influenceur » mettent en avant leur « coup de cœur » qui peut aussi prendre la forme de « l’objet du désir ». On nous offre ainsi une présélection des objets tendances à avoir absolument chez soi. « J’ai eu le coup de cœur pour cette vieille bâtisse abandonnée… le coup de cœur pour ces luminaires (hors de prix soit-dit en passant), le coup de cœur pour ces chaises design… Et tous ces coups de cœur, qui sont autant d’actes de consommation, nous révèlent alors une maison ancienne magnifiquement restaurée, magnifiquement décorée et le tout de manière harmonieuse. OK… ça c’est à la télé ou dans les magazines. Honnêtement, dans la réalité ça rend beaucoup moins bien. D’une part parce qu’on n’a pas tous la même bourse (j’ai, par exemple, rarement, heu… jamais de coup de cœur à 3000€ :-)) et d’autre part à force d’accumuler des objets et des meubles qui viennent de tous horizons, votre intérieur devient une sorte de salle annexe mixant une multitude de magasins de déco et d’ambiances différentes. Du coup, on est loin d’un intérieur chaleureux et harmonieux. Et peut-être encore plus loin de votre identité et de ce que vous vouliez faire dire à votre « home sweet home ». J’ai d’ailleurs parfois des clients qui m’appellent parce qu’ils ne savent plus par quel bout prendre leur déco. Ils fonctionnent au « coup de cœur » mais le résultat final n’est pas celui escompté, ça ne marche pas. Ils sont loin du foyer douillet qu’ils souhaitaient créer.

On nous vend le principe du « coup de cœur » comme si cela était magique. Si vous aimez cet objet, c’est une valeur sûre, il rendra forcément bien dans votre intérieur ! Hummm, pas si sûr ! Il s’agit surtout d’un principe de consommation et même de surconsommation. Miser sur vos désirs, sur le principe hédoniste de la société de consommation qui « invite » (pousse) le consommateur à s’abandonner purement à ses envies et ses désirs sans réfléchir. Surtout ne pas réfléchir ! Là est la clé du « coup de cœur » : l’immédiateté. Parce que, si vous réfléchissez un tout petit peu, cet objet déco, aussi esthétique et design qu’il soit, en avez-vous vraiment besoin ? Projetez-vous avec, dans quelques mois, quelques années… Fait-il toujours partie de votre intérieur ? Vous est-il toujours utile ? A-t-il résisté au temps ? Aux modes ? Aux tendances ? Pour bien comprendre ce principe de projection et voir surtout l’effet pervers des « coups de cœur », je m’étais amusée un jour à faire un petit exercice. Caroline De Surany, coach en développement personnel (entre autres) présente dans son livre « Mon programme ikigai » (éd. Poche Marabout, 2019) un petit jeu pour se rendre compte du poids de la société de consommation dans notre quotidien et nous détacher alors de l’acte d’achat impulsif. Cet exercice de visualisation s’intitule « l’achat imaginaire ». Je vous le retranscris et vous invite à jouer le jeu :

« Vous voyez quelque chose qui vous fait très envie dans une boutique. […] Prenons ici l’exemple d’une paire de chaussures, mais cela fonctionne pour tout. […]

Vous imaginez cette paire de chaussures à vos pieds, elles sont belles, elles sentent bon le neuf / Vous vous voyez dans une soirée, vous les portez. Tout le monde vous fait des compliments / Vous les portez tout le temps, elles ne vous font même plus mal aux pieds / Vous vous voyez au travail, on vous admire avec vos nouvelles chaussures / Vous vous voyez dans plein de situations avec vos chaussures superbes / Elles commencent à avoir des petits plis, mais restent très belles / Petit à petit, l’envie de les porter baisse, vous alternez avec d’autres paires que vous avez déjà et que vous aimez aussi / Elles commencent à s’user, à sembler vieilles, vous avez un peu honte / Vous les mettez de moins en moins, elles restent dans le placard très souvent / Elles sont de moins en moins attirantes / Vos chaussures n’ont plus aucune allure, vous les délaissez complètement / Vous voyez vos chaussures dans un tas de tri « à jeter ».

Si vous jouez vraiment le jeu, vous n’avez plus du tout envie de cet achat coup de cœur. »

Avec le « coup de cœur », le fonctionnement est binaire : « j’aime » ou « je n’aime pas ». Je pourrais même dire primaire : « j’aime » un point c’est tout, selon le modèle Facebook. On ne parle même pas de ce que l’on n’aime pas, parce que c’est négatif, ce n’est pas beau, ça fait un peu « tâche » sur un feed Instagram. Personne n’a une rubrique déco « L’objet moche » ou « Tout ce qu’il ne faut pas acheter ». Le « coup de cœur » relève presque du fétichisme pour des objets beaux et design. L’objet devient une sorte de totem consumériste. On aime cet objet, le « pouce levé » ou le « cœur » permettent de manifester cet engouement. Ils résument et condensent à eux seuls tout notre ressenti. On n’a même plus besoin d’expliquer ce qui nous fait vibrer, nous parle, nous interroge… Tout est concentré dans un émoticône, signe d’un appauvrissement du langage. On ne s’interroge plus sur le « pourquoi ». Pourquoi on aime telle ou telle chose ? Est-ce les lignes de l’objet ? Sa matière ? Ses couleurs ? Est-ce que cela nous renvoie à une référence de notre enfance ? De nos origines ? Je ne nie pas le principe du « coup de cœur », le fait d’aimer une chose, de « flasher » sur un objet, mais on n’a très certainement pas tous des « coups de cœur » pour les mêmes choses ni surtout pour les mêmes raisons. J’avoue que pour ma part, c’est bien plus l’univers d’un créateur qui va m’inspirer et non l’envie d’acheter un objet en particulier.

” Ces abréviations n’avaient pas seulement pour but d’économiser le temps.

On remarqua qu’en abrégeant ainsi un mot, on restreignait et changeait subtilement

sa signification, car on lui enlevait les associations qui, autrement, y étaient attachées. ”

La meilleure manière de s’éloigner des « coups de cœur » et surtout des achats impulsifs (si faciles en magasin car les fournitures décoratives sont parfaitement bien mises en scène) c’est de réfléchir en amont à ce dont on a vraiment besoin pour son intérieur. Ce que l’on doit changer. Et surtout quelle ambiance on veut créer chez soi. Une fois cette liste établie, vous pouvez faire votre sélection en magasin. Le but ce n’est pas d’avoir une attitude froide et purement fonctionnelle vis-à-vis des objets qui vont intégrer votre intérieur. Il s’agit surtout de bien définir au préalable ce qui vous est nécessaire et ce que vous aimez (couleurs, matières…) pour que votre intérieur réponde réellement à vos besoins et soit à votre image. Et puis parfois, avant d’acheter, posez-vous aussi la question de savoir comment vous feriez si vous n’aviez pas le budget pour ? Vous pouvez être surpris. Je me dis souvent qu’on voit l’efficacité d’une décoration quand il n’y a pas de budget ou presque. Là vous ne pouvez pas succomber aux « sirènes de la consommation », il faut être inventif. C’est dans ces conditions que la créativité se révèle réellement.

Mel. +++

Crédits photos : Mélanie Cotton Décoration – Unsplash / Citations : “1984”, George Orwell, p.432

Ces meubles pratiques et modulables qui vous serviront toujours!

La rentrée est souvent synonyme de nouveauté. Elle charrie avec elle les nouvelles collections – mode et déco – et par là-même nous créent de nouveaux besoins…ou plutôt de nouvelles envies. Parce qu’honnêtement, on a souvent tendance à changer nos meubles et accessoires déco juste parce que l’on s’en lasse et non parce qu’ils sont cassés ou usés. Je ne jette la pierre à personne, nous avons été conditionnés pour répondre positivement à ce que nous offre la société de consommation et puis j’ai été comme ça, je le suis encore probablement à certains moments même si maintenant je tente de rééduquer mes mauvais « réflexes » de consommatrice. J’essaye donc de réfléchir avant un achat concernant la décoration de mon appartement ou de quelque nature que ce soit d’ailleurs. Bon, de fait je n’ai pas de magnifiques nouveaux coussins à shooter tous les jours ou une jolie banquette en rotin toute neuve qui serait pourtant si photogénique sur mon fil Instagram 😉 Actuellement, mon questionnement se pose pour une nouvelle chaise de cuisine. Ma fille grandit et n’a plus besoin de sa chaise d’enfant un peu surélevée. Très sincèrement, je n’ai pas envie d’acheter une nouvelle chaise, même si parfois la solution de facilité me pousserait à le faire. J’ai d’abord réfléchi avec ce que j’avais : 1 ou 2 tabourets traînent par ici et servent à diverses choses, soit comme assises complémentaires ou comme table d’appoint, mais apparemment cette solution n’était pas convaincante pour l’intéressée. J’avoue qu’à table, avoir un dossier est effectivement plus agréable au quotidien. La recherche continue… J’ai quelques « pistes » à exploiter (notamment le grenier des parents et grands-parents. Je verrai si je trouve un trésor ;)). A suivre… A noter que lorsque l’on vous parle de « chiner », ne vous y trompez pas, les puces et autres brocantes « à la mode » vous permettront sûrement de dénicher l’objet rare mais pas à moindre coût. Pour ce faire, il vaut mieux miser sur des vides-greniers ou brocante sans prétention où pour le coup vous pourrez vraiment trouver des meubles à des prix très avantageux. Libre à vous ensuite de les transformer.

“Gotta love it when capitalists pretend they’re not capitalists to feel better about themselves. […] But in the meantime, let’s not pretend we are keeping stuff out of landfills by making « better looking things » and offering them at a direct to consumer price point”

– Eric Trine (designer / fil Instagram)

(J’aime ça quand les capitalistes prétendent qu’ils ne sont pas capitalistes pour se déculpabiliser. […] Mais dans le même temps, ne prétendons pas que nous essayons de faire moins de déchets industriels en concevant « des objets plus esthétiques » et en les proposant à un prix correspondant au prix du marché)

Tout ça pour dire qu’avant de se jeter dans l’achat d’un nouveau meuble qui viendrait combler vos besoins, la solution est peut-être déjà chez vous. Pour cela, il suffit de faire du tri, histoire de s’assurer de ce que l’on possède et de ce qui pourrait peut-être encore vous servir. Soyez radicales, si vous ne l’utilisez pas et que vous êtes certains de ne jamais vous en servir ou si le style vous déplaît, séparez-vous-en ! Appliquez la fameuse technique : « un objet rentre, un objet sort ». Ce qui est sûr c’est que l’on possède tous chez soi de petits meubles qui sont multifonctionnels. Voilà quelques exemples de meubles qui vous serviront toujours et qui ont l’avantage de pouvoir passer de pièce en pièce avec des utilisations différentes :

1/ LE BANC

Il peut être à la fois table basse avec l’avantage d’être long et fin donc parfait pour les petits espaces, console pour exposer magazines, livres et autres objets de décoration, placé dans une entrée ou un couloir et enfin bout de lit pour accueillir vêtements, plaid et lecture du moment.

2/ Le tabouret

Voilà probablement l’un des meubles les plus multifonctionnels d’un intérieur ! A la fois assise bien sûr, mais aussi table d’appoint, bout de canapé, table basse (en accumulation évidemment !), chevet, porte-plante… Et en plus, il a l’avantage d’être discret et ne pas prendre beaucoup de place surtout quand il peut s’empiler. C’est le meuble parfait !

3/ La desserte

Traditionnellement utilisée dans la cuisine pour accueillir les provisions ou de la vaisselle, son petit format et ses roulettes se révèlent finalement bien pratiques dans d’autres pièces. Elle peut servir de bout de canapé dans le salon, de rangements complémentaires dans la salle de bain ou dans un bureau pour avoir tout son nécessaire directement à portée de mains mais aussi de chevet dans une chambre. Ce qui est sûr c’est qu’elle offre des rangements pratiques et en grand nombre.

4/ L’escabeau et le marchepied

Escabeau comme marchepied en bois apportent inévitablement un charme et une authenticité à son intérieur. Ils peuvent tous deux être utilisés comme table ou étagère d’appoint pour exposer plantes, livres et objets déco favoris… Créez votre mise en scène ! Un grand « classique » est également l’escabeau transformé en étagère-bibliothèque avec des planches entre les barreaux. Enfin, le marchepied, comme le tabouret, est plutôt multifonctionnel : il peut apporter un peu de punch à la déco repeint avec une belle couleur flashy mais également servir d’assise complémentaire, si vous êtes pris au dépourvu…

“Friends, the only way to reduce landfill waste is to not make more furniture”

– Eric Trine

(Les amis, la seule façon de réduire nos déchets industriels est de ne pas fabriquer de nouveaux meubles)

Mel +++

Crédits photos : For Me Lab (Instagram) / apartca-blog.com via Pinterest / Coco Lapine Design/ The Blog Baby (Instagram) / Ezz Wilson (Instagram) / A and B Stories via Pinterest / Westwings / mademoiselleclaudine-leblog.com

rose_nude_effet_matiere

La couleur en décoration / Le rose nude

Tonalités : Rose nude, rose poudré, rose blush, couleur peau. Couleur printanière (tons pastels)

A associer avec : Noir, couleurs profondes (jaune moutarde, vert forêt), blanc et couleurs neutres, matières naturelles (bois), les gris, les pastels.

Caractéristiques : Le nude, couleur naturelle qui se rapproche du beige, pourrait sembler bien pâle face à d’autres couleurs pures et intenses plus vibrantes. Pourtant, ce type de couleurs, loin d’être ennuyeuse, permet de multiples combinaisons en matière de décoration : si vous jouez le total look naturel et que vous l’associez à des matières et couleurs naturelles (bois clair, blanc, gris) ou à des couleurs plus sourdes et profondes (jaune moutarde, vert forêt…), vous obtiendrez une belle ambiance bohême, douce et voluptueuse ; si vous préférez créer des contrastes, associez le nude au noir et votre intérieur prendra immédiatement une allure contemporaine élégante ou utiliser des camaïeux (terracotta, brun, cuivré) ce qui apportera un look moderne et tout personnel à votre décoration ; à l’inverse, si  vous jouez les couleurs pastels associées à un mobilier sobre et minimaliste, vous obtiendrez sans nul doute un bel intérieur scandinave… Le nude, comme toutes couleurs naturelles (beige, blanc…) à l’avantage de se fondre dans tous types d’intérieurs et de style. Vous pouvez aussi retrouver cette couleur dans le choix de matériaux comme un bois légèrement rosé ou un beau mur de briques vieillies : rien de mieux pour apporter du cachet à votre intérieur ! Que vous l’utilisiez par touche (coussins et objets déco) ou que vous assumiez clairement votre choix en peignant un ou plusieurs murs, le nude apportera sans nul doute une part féminine à votre décoration. Et si vous faîtes les bonnes associations, vous obtiendrez un intérieur élégant, doux mais avec une identité.  

MON AMBIANCE EN ROSE NUDE

J’aime la simplicité et le nude est une de mes couleurs favorite car elle se retrouve sur certains bois ou mur en brique. Et rien de mieux que des murs blancs pour laisser ces belles matières s’exprimer !

MES INSPIRATIONS EN ROSE NUDE

(à gauche) Cette entrée est une belle invitation avec ce mur d’accent en rose nude, tout en légèreté qui se marie parfaitement au blanc et au bois et donne de la profondeur à la décoration. La simplicité de cette entrée crée une ambiance aux accents de « Maison de famille ». (à droite) Marié à des matières naturelles, le rose nude s’exprime tout en douceur et crée des ambiances reposantes.

Allié à un vert profond ou un jaune moutarde lumineux, le rose nude apporte une base de légèreté et permet de faire ressortir toute la force de ces couleurs. C’est un mariage parfait !

Les touches de noir utilisées dans ces ambiances apportent force et caractère à ces murs rose nude et donnent une allure contemporaine à ces espaces. J’ai souvent l’habitude d’utiliser du noir dans mes compositions en matière de décoration car il permet de structuré l’espace facilement et à toujours un rendu très graphique et design. Le noir est votre allié !

Cette cuisine noir, rose nude et cuivré mélange harmonieusement force et délicatesse. Force des matériaux bruts et délicatesse des lignes et des couleurs. Ainsi, le plan de travail en béton est allégé par les lignes minimalistes de la cuisine ; la crédence cuivré, elle, matche parfaitement avec le mur en rose nude et vient l’accentuer tout en délicatesse.

Si vous avez du mal à mixer les couleurs et que vous craignez la faute de goût, optez pour des camaïeux : style assuré ! Avec le rose nude, votre palette s’étale des tons pastels jusqu’au terracotta en passant par les bruns.

MES PEINTURES EN ROSE NUDE

(ci-dessus, à gauche) Chez Farrow and Ball, misez sur la couleur Calamine – n°230 : « une légère touche de gris empêche ce rose discret d’être trop acidulé, et lui confère un rendu très frais. Sa couleur s’intensifie dans les pièces plus petites, et il permet de créer une atmosphère toute en délicatesse dans les grandes pièces bien éclairées ». (ci-dessus, à droite) Chez Little Greene, optez pour le rose nommé Dorchester Pink. Vous pouvez même vous aider des schémas chromatiques proposés pour votre composition.

Et pour des peintures peut-être un peu plus abordables mais avec un joli fini, vous pouvez choisir Ballerina, Diva ou tout simplement Nude (plus grisé) chez Tollens, dans la collection Flamant. J’aime travailler avec cette gamme de couleurs car elle propose des teintes naturelles et authentiques et finalement assez intemporelles qui se combinent parfaitement entre elles.

Mel +++

Crédits photos : Pinterest / Vtwonen / Pantone / Clemaroundthecorner / Farrow & Ball / Little Greene / Tollens

planche_ambiance_palette_couleurs_melanie_cotton_decoration

Révéler son intérieur grâce au conseil en décoration

Êtes-vous satisfait de votre intérieur ? Si vous lisez ceci, probablement que non… Le conseil en décoration est peut-être la solution adaptée à vos besoins. Vous pouvez réinventer votre intérieur, révéler son potentiel sans pour autant passer par de lourds travaux. Le conseil en décoration est là pour vous guider dans la définition de votre projet. Carnet d’inspiration, définition d’un style, étude personnalisée du projet… En tant que décoratrice d’intérieur, je vous aide à répondre à toutes ces questions, à faire le tri dans toutes vos idées et à faire des choix décoratifs. Vous pouvez ainsi bénéficier de conseils et d’une expertise avisée en matière de décoration. Peut-être, pensez-vous aussi que s’offrir les services d’un décorateur est un coût non négligeable ? Mais, qu’est-ce que cela vous coûterait de ne pas avoir de solutions réfléchies et adaptées pour votre intérieur, d’investir sur des choses qui ne fonctionnent pas (encore et encore) ? Le conseiller en décoration, ou coach en décoration, vous accompagne dans votre projet pour que vous ayez enfin un intérieur qui réponde à vos besoins.

“Pour créer un espace bien à vous, utilisez ce que vous avez.

Ne courez pas les magasins pour acheter la panoplie complète

du parfait chez-soi ”

Je suis convaincue que nos intérieurs sont reliés à notre personnalité. Par conséquent changer son intérieur nous impactera inévitablement. Il est donc important de s’occuper de son intérieur parce que tous les composants de notre habitation, qu’ils soient positifs ou négatifs (souvenirs, achats compulsifs, meubles de famille…) nous nourrissent. J’ai d’ailleurs de nombreux exemples de clients qui m’ont contacté pour changer une couleur trop stimulante et excitante au quotidien, un espace à repenser pour qu’il soit plus zen et qu’il invite au travail… De fait, si vous allez vers un intérieur plus aéré et épuré, un intérieur plus pragmatique vous retrouverez probablement plus facilement une harmonie. Repenser votre intérieur aura forcément un impact sur vous : cela peut permettre à votre créativité de se libérer, votre espace sera vraiment aligné avec ce que vous êtes et vos réels besoins, vous ressentirez probablement un impact également sur votre bien-être… Trop souvent, on est insatisfait de notre intérieur. Pourquoi ? Harcelé, capté par les médias, les magazines déco/lifestyle, les réseaux sociaux et plus globalement la société de consommation qui nous matraquent de photos d’intérieurs plus spectaculaires les uns que les-autres. Alors, on essaye des idées déco, les dernières tendances espérant trouver enfin un intérieur qui nous corresponde. On achète, encore et encore afin de viser cette « perfection » qui nous fera nous sentir bien chez nous. Arrêtez-vous ! Mon premier conseil est des plus évident : avant toute chose il faut se poser, faire un constat. Si vous courez après un idéal, c’est que vos besoins en matière d’aménagement et de décoration ne sont pas remplis. Il faut donc savoir quels sont ces besoins. Faites de votre intérieur un espace convivial, accueillant et épanouissant, un lieu d’échange et de vie. Appropriez-vous votre espace. Racontez votre histoire (pas celles que les magazines vous proposent) au travers de votre maison. Gardez à l’esprit que :

“les objets ne nous définissent pas. Ce sont les idées, les émotions

et les expériences qu’ils offrent qui comptent”

Si vous vous sentez incapable de mettre au clair tout cela, le décorateur d’intérieur est là justement pour vous accompagner dans cette démarche. Pour ma part, avant même de me lancer dans un nouveau projet avec un client, j’aime faire remplir une sorte de carnet de travail (workbook) qui se compose suivant six grands thèmes : qui êtes-vous ?, les sensations que vous procurent les couleurs ?, la définition de votre projet de manière technique ?, vous et votre projet ?, votre budget ? et les choix que vous allez devoir réaliser pour votre intérieur en matière de rangement ? En effet, il est important de faire le point sur votre espace et la manière dont vous le ressentez. J’ai élaboré ce carnet de travail afin que je cerne mieux le projet et la personnalité de mes clients. Pour vous aider à exprimer votre style authentique, je dois avant tout apprendre à mieux vous connaître. Cette part plus personnelle est pour moi très importante dans un projet de décoration si vous voulez arriver à créer un intérieur harmonieux.

“Si nous aménageons un intérieur harmonieux,

où nous avons ce sentiment d’avoir ce qu’il nous faut,

cette sensation de manque ne sera plus aussi présente”

Grâce au conseil en décoration, vous pourrez vous impliquer dans votre décoration puisque vous aurez des échanges constants avec le décorateur qui cherche à vous cerner, à comprendre vos besoins et votre personnalité. Il établira ensuite un carnet d’inspiration ou carnet déco qui rassemblera toutes les idées à appliquer chez vous. Ce carnet est une sorte de tableau de bord qui vous permettra de gérer vous-même l’aménagement et la décoration de votre intérieur. En effet, je trouve qu’il est également important de s’investir soi-même dans son intérieur, une fois qu’on a toutes les directives, car cela permet petit à petit de s’approprier ce nouvel espace ; vous voyez la transformation s’opérer en douceur sous vos yeux puisque vous êtes acteur de cette transformation. Vous retrouverez, pêle-mêle, dans un carnet d’inspiration, l’ambiance générale souhaitée, les références précises du mobilier et autres accessoires décoratifs pour réaliser vous-même votre shopping ainsi que les échantillons, si nécessaire, des peintures, papier-peints ou tissus. C’est un fil rouge pour votre décoration qui vous permettra de garder l’idée principale de votre projet, l’esprit et l’atmosphère voulue.

Pour ma part, vous pourrez trouver dans votre carnet d’inspiration :

Une page d’introduction pour présenter brièvement votre projet, faire le point sur ce que vous souhaitez, suivie, pour chaque pièce traitée, d’une planche d’ambiance, planche de style, tendance ou encore moodboard qui regroupe sous des noms différents une même idée : présenter, grâce à un montage photo, l’esprit décoratif qui va être proposé pour votre intérieur. Ce type de planche permet de dialoguer en image entre le décorateur et son client; la planche palette (couleurs et matière) quant à elle permet de présenter les couleurs et matériaux qui vont intervenir dans l’espace à repenser.

Le plan d’aménagement afin de comprendre comment l’espace a été repensé. Les planches shopping qui permettent de présenter les différents meubles et accessoires qui vont intervenir dans la nouvelle décoration avec toutes les références à la fin du carnet. Éventuellement, suivant l’option choisie, des dessins et croquis de votre intérieur retravaillé et une liste shopping détaillée.

Tout ce travail de recherche et d’introspection sont des temps nécessaires pour arriver à un intérieur qui vous parle vraiment et dans lequel vous pourrez vous épanouir en famille. J’ai hâte de pouvoir découvrir votre futur projet et de m’y investir à vos côtés. Contactez-moi !

Mel. +++

Crédits photos : Mélanie Cotton Décoration / Citations : Anna Brones, in “Lagom. Vivre mieux avec moins

5 conseils et astuces pour une salle de bain naturelle sans travaux

Dans nos intérieurs, chaque pièce est plus ou moins cocooning suivant sa fonction (en tout cas c’est ce vers quoi on essaye de tendre) : le salon est accueillant, la chambre rassurante, la cuisine conviviale et la salle de bain apaisante. Si dans le salon ou la chambre il est plutôt facile de rendre ces pièces chaleureuses en intégrant de belles matières naturelles grâce aux coussins, aux tapis, aux rideaux ou encore grâce à une multitude d’objets de décoration, dans une salle de bain cette idée n’est pas souvent primordiale. Ou alors, on rêve d’une salle de bain zen et naturelle mais bon, les carreaux façon seventies et le bas de douche tout nu, évidemment on se dit que ce n’est pas très sexy et que d’emblée la base n’est pas géniale…  Du coup, à part tout changer, on ne voit pas comment rendre cette salle de bain agréable à vivre. D’autant plus que c’est censé être un lieu de détente mais finalement comme on ne sait pas par quel bout prendre le problème, sinon par de lourds travaux, ben, on lâche l’affaire !

En fait, il peut être intéressant de changer 2, 3 trucs dans cette salle de bain, sans passer nécessairement par des travaux, pour lui donner une ambiance un peu plus reposante. Dans un premier temps, il faut accepter d’enterrer l’image parfaite que l’on se fait de cet espace (ceci est valable pour toutes les pièces de votre intérieur…). Le but est de faire avec ce qui se propose à nous, sans retoucher ni le revêtement de sol, ni le carrelage mural.

1/Des accessoires naturels et durables

Pour avoir une bonne base, misez sur des accessoires et des produits de beauté naturels et durables (ce qui ne veut pas dire nécessairement cher). En effet, sans s’en rendre compte le plastique est souvent omniprésent dans la salle de bain : savon liquide dans un flacon plastique, dentifrice dans un contenant plastique, shampooing, après-shampooing et autres produits de beauté, tous dans des flacons en plastique et bien souvent avec un emballage et des couleurs loin d’être reposants ! Il est important de revenir à des matières pures aussi dans la salle de bain. Vous pouvez intégrer des brosses à cheveux en bois, des brosses à dents en bambou, des savons et shampooing durs, du dentifrice dur. Redécouvrez le fameux savon de Marseille que toutes nos grand-mères avaient ! Mais le choix en matière de savon est infini. Si vous voulez un petit côté déco, il y a les savons de la marque Ciment, une savonnerie artisanale parisienne qui s’amuse à faire des savons aux motifs de carreaux de ciment. Et si vous souhaitez conserver des savons et shampooing liquide, vous pouvez opter pour des distributeurs en verre plus durables et carrément plus esthétiques que des contenants en plastique. Bien sûr, ne jetez pas tous vos produits actuels d’un coup mais faites cette transformation petit à petit. Pour ma part, lorsque je dois racheter un produit pour ma salle de bain (savon, brosse à dents ou autre…) je le remplace maintenant par un produit naturel et éco-responsable. Tous ces produits sont beaux par leur simplicité. Ils se suffisent à eux-mêmes, pas besoin de fioritures. Même leur odeur est simple, elle n’est pas « agressive », ni superficielle, ce qui est plutôt relaxant !

2/ Une vraie déco, comme dans n’importe quelle pièce

Souvent, on traite la salle de bain comme une pièce « technique », du coup on n’ose pas vraiment intégrer de la décoration de peur que ce ne soit pas pratique. En plus, ce sont la plupart du temps de petits espaces alors on essaye d’intégrer le plus de rangements possible. Mais quelques accessoires déco, ça peut totalement changer l’ambiance de votre salle de bain. Misez sur un miroir XL, par exemple, qui apportera toute l’identité et le caractère nécessaire à votre salle de bain. De plus, intégrer un miroir déco apportera également un côté chic à votre décoration. N’hésitez pas non plus à accessoiriser votre salle de bain de paniers, de tableaux, de coupelles en céramique et de distributeurs en verre pour le savon (dans l’esprit vintage), sans oublier des plantes bien-sûr. Tous ces éléments vous représentent, ce sont eux qui donnent vie à votre salle de bain et la personnalisent !

3/ Soigner l’éclairage

Généralement, les luminaires de salle de bain doivent être pratiques pour éclairer convenablement afin de se préparer dans les meilleures conditions. C’est donc un élément non négligeable. Mais là encore, essayez de miser sur des luminaires avec une touche déco : pratiques et jolis à regarder c’est tout de même plus agréable ! Pour cela pas besoin de luminaire hors de prix. Vous pouvez faire des compromis : par exemple, choisir un plafonnier Ikea qui sera fonctionnel, pratique et abordable (tout ce qu’on lui demande ;)) et ajouter une ou deux appliques avec une lumière un peu plus chaude et décorative. Pour une ambiance vraiment reposante, il y a également… les bougies bien sûr ! Voilà un élément un peu stéréotypé du décorateur. Et pourtant… soigner la lumière joue énormément sur l’ambiance d’une pièce. Les bougies confèrent indéniablement une lumière douce et chaleureuse. La cire en train de fondre, la flamme qui danse est un spectacle hypnotique et reposant. Allumer des bougies est une expérience apaisante. Les bougies produisent un type de lumière enveloppante, elles rayonnent d’un léger éclat orangé et ont l’avantage de ne pas générer de champ électromagnétique comme le fait l’éclairage électrique. Vous ne pouvez bien évidemment pas vous éclairer au quotidien avec des bougies, mais une fois de temps en temps elles permettent d’apporter ce genre d’éclairage idéal quand vous voulez créer une atmosphère douce et romantique. Une douche ou un bain, à la lueur des bougies, le vendredi soir ou dans le week-end permet de vraiment décompresser de sa semaine le temps de ses ablutions. Disposez-en quelques-unes sur un plateau en métal ou une jolie coupelle en céramique, ainsi vous en aurez toujours à disposition. Autre source de lumière dans la salle de bain : la lumière naturelle (quand vous avez la chance de disposer d’une fenêtre). Là c’est plutôt un bon point. Rien ne vaut la lumière naturelle évidemment ! Mais là encore évitez de couvrir les fenêtres avec des rideaux lourds ou n’importe quel autre tissu qui réduiraient l’exposition de la salle de bain au soleil (et qui en plus retiennent l’humidité, ce qui n’est pas très sain). Préférez des stores vénitiens en bois (le top du top !) qui permettent un éclairage naturel de la salle de bain, tout en préservant votre intimité.

4/ Des textiles beaux et pratiques

Je trouve qu’il n’y a rien de plus compliqué à trouver que de beaux textiles pour la salle de bain et qui soient pratiques également. Misez sur la simplicité : des couleurs sobres et unies (des teintes neutres et profondes allant du blanc au brun-gris) et des matières naturelles comme le lin ou le coton. Pour les serviettes de bain, optez soit pour des motifs jacquard, soit pour une finition en nid d’abeille (avec des petites franges cela donnera un côté bohème et élégant tout à fait agréable). Vous pouvez aussi tout simplement opter pour des foutas : elles ont l’avantage d’être légères,  ne prennent pas beaucoup de place et sont très absorbantes. Côté tapis de bain, rien de moins sexy… Mais H&M Home a une bonne sélection : des tapis de bain en jute adapté à la salle de bain, d’autres en coton tissé avec des pompons, des franges ou des rayures. Pour donner une ambiance bohème dans l’esprit hammam, c’est tout à fait adapté et très reposant.

5/ Des parfums naturels

La salle de bain c’est quand même LA pièce où se mêlent différents parfums. Ça peut vite devenir une sorte de « gloubiboulga » olfactif : entre le gel douche fruits de la passion, le shampooing coco et le savon pour les mains parfumé à la vanille, ça commence à faire pas mal d’odeurs différentes, qui plus est chimiques…sans compter notre parfum de tous les jours. En optant pour des produits de beauté naturels, vous éliminerez de fait toutes ces odeurs. Ne restera plus que celles de vos produits naturels donc pas du tout agressives. Vous pouvez aussi disposer un bouquet d’eucalyptus, agrémenté de lavande selon votre convenance, juste sous le pommeau de douche : la vapeur de l’eau chaude aide à libérer les huiles essentielles de la plante qui sont décongestionnantes et déstressantes. Enfin, dès que vos bouquets de fleurs flétrissent un peu, récupérez les pétales et préparez-vous un bon bain avec, mélangés avec des sels de bain : détente garantie !

En simplifiant toutes les matières et tous les objets qui vont intervenir dans votre salle de bain et en intégrant quelques éléments personnels dans votre décoration, vous diminuerez ainsi le nombre d’informations qui se présentent à vous dans un si petit espace pour ne garder que des éléments familiers et naturels que vous aurez choisis et qui répondent à votre besoin de calme. Il est alors beaucoup plus facile de se sentir à son aise et apaisé dans un lieu à son image même si la couleur des carreaux n’est pas vraiment celle que l’on aurait choisie…

Mel. +++

POUR SE FAIRE PLAISIR

Produits de beauté bio, naturels et durables

  • Les magasins bio type La Vie Claire
  • Greenweez.com
  • Sans-bpa.com (pour trouver une multitude d’alternative au plastique)
  • Bahadourian (pour les lyonnais.es)

Les brosses et autres accessoires

  • Iris Hantverk (depuis 1885, cette marque fabrique à la main des brosses en matières naturelles ainsi que d’autres accessoires fonctionnels pour la maison)
  • Meraki
  • Bachca

Le linge de toilette

  • H&M Home (des accessoires et du linge tendance à petits prix)
  • Concept-store Smallable pour différentes marques telles que Ferm Living, Communauté de Biens, Harmony, Numéro 74… (toutes proposent du linge naturel, minimaliste avec de belles matières et des couleurs douces)

Crédits photos : H&M Home / Iris Hantverk / Ciment / Advice From A Twenty Something / Pinterest / Instagram @asmalllife

carnet de note rose craft flatlay

Petit questionnement de ma pratique de la décoration

Les questions fusent en ce moment dans ma tête… Depuis que j’ai retravaillé mon image de marque c’est comme si j’avais ouvert la boîte de Pandore. Je peux enfin m’exprimer, me lâcher, être moi, mais tout se bouscule. Par quel bout prendre tout ce qui m’intéresse ? Comment articuler toutes ces questions qui viennent à moi ?

“Aller voir plus loin… s’intéresser à des questions plus personnelles

qui touchent à notre cheminement”

Je me demande quelle décoration je veux défendre ? Ethique, éco-responsable, accessible à tous ? Est-ce qu’on peut promouvoir une décoration éco-responsable et pour autant à des prix accessibles ? Comment exposer ma philosophie de la décoration qui finalement se rapproche même carrément plus d’une philosophie de vie ? Vivre simplement, consommer raisonnablement (pour le résumer grossièrement). Comment est-ce que j’ai envie de parler de décoration ? Une chose est sûre : sans fioritures ! Loin du style de la presse féminine et des magazines déco dont certains ont tendance à utiliser le « on » systématiquement (« On aime le mix and match… », «  On adopte sans retenue cette ambiance… »). Je trouve ce style un peu naïf, et le vocabulaire plutôt « pauvre ». Je crois que j’ai envie d’un ton simple certes mais pas simpliste, de mots vrais et précis. C’est un peu comme lorsqu’on nous explique de parler au bébé de la manière la plus naturelle possible sans « gagatiser ». Et puis finalement la décoration est-ce que c’est si léger que ça ? Sans dire d’intellectualiser le truc mais tout de même ça touche directement à notre habitat, c’est notre lieu de vie. Très honnêtement, ça ne peut pas être si futile. Tout le monde aspire à avoir un intérieur agréable et confortable dans lequel il peut se ressourcer. Un intérieur à soi, pour soi et qui lui ressemble : j’entends par-là qui réponde honnêtement à ses besoins pas à ceux que la société nous crée. Si on réfléchit à cela, la réponse n’est pas si simple. Dans cette optique, je trouve qu’il ne faut pas se limiter aux seuls magazines et livres déco qui se font le relais des tendances. Un jour vous achetez le fauteuil scandi, le lendemain c’est le panier tressé rapporté du Maroc… Je trouve intéressant d’aller voir un peu plus loin, de s’intéresser à des questions de style de vie, des questions plus personnelles qui touchent à notre cheminement, notre rapport aux autres, histoire de vraiment se trouver, de savoir qui l’on est et ce à quoi nous aspirons d’une manière générale. Voir ce qui nous définit pour ensuite mieux définir notre intérieur. A ce titre, j’ai découvert des auteurs très inspirants, qui travaillent dans la décoration ou non, comme Mooreal Seal notamment, auteure anglaise, qui se questionne sur notre relation à notre intérieur, comment le définir par rapport à notre personnalité ou comment notre personnalité va interagir sur notre intérieur (« Make Yourself at Home : Design Your Space to Discover Your True Self », 2017, Sasquatch Books). Je pourrais également citer Atlanta Bartlett, une célèbre styliste anglaise et auteure à succès. J’aime son style, sa discrétion et son honnêteté. Elle travaille avec de nombreux magazines comme House & Garden ou Elle décoration par exemple mais ne s’étale pas sur les réseaux sociaux (un peu plus de 1700 abonnés sur Instagram à l’heure actuelle). Elle défend un style décoratif décontracté et accessible que j’apprécie énormément et ses livres vont dans ce sens, notamment « Keep it simple : A guide to a happy, relaxed Home » (2015, Ryland Peters & Small – entre nous son titre français ne lui rend pas justice : « Inspiration deco. Conseils et idées créatives pour un intérieur où il fait bon vivre »). Et les questions reviennent à moi, sans cesse : qu’en est-il de l’imperfection en matière de décoration ? De l’imperfection en règle générale, dans la vie ? S’intéresser à la philosophie du wabi-sabi, lire encore et encore…

“C’est un livre ouvert, une réflexion,

une pratique qui s’enrichit au fil du temps…”

Ce que je sais c’est que tout ce que je vois en ce moment dans les grandes enseignes me lasse et en même temps j’ai bien conscience qu’on ne peut pas tous consommer du design eco-responsable. En soit je n’ai rien contre ces grandes enseignes, j’apprécie même particulièrement certains produits de chez Ikea. Les meubles sont abordables, pratiques et fonctionnels. Est-ce que je dois culpabiliser parce que je consomme du Ikea ? Tout est question de mesure et de besoin. Adapter sa décoration intérieure à ce dont nous avons vraiment besoin. Ce que je sais aussi c’est que je ne veux pas me positionner sur le créneau « décoratrice eco-friendly » qui ne travaille qu’avec des créateurs et designers et qui bannit tout élément déco du commerce comme si c’était le mal incarné. D’une part, je trouve cette position dure à tenir et qui plus est assez culpabilisante voire d’une certaine manière hautaine. Ce qui m’intéresse en fait c’est de consommer raisonnablement. C’est en tout cas ma réponse. Rien n’empêche d’acheter un meuble chez Ikea, un canapé par exemple, de le personnaliser avec de beaux coussins choisis chez des créateurs cette fois-ci. Il est vrai que je me suis rendue compte que je donnais beaucoup plus d’importance à ce qui va habiller un meuble plutôt qu’au meuble lui-même. De cette façon, vous pouvez acheter une grosse pièce à moindre coût et la personnaliser avec des éléments uniques. Je trouve là important d’aller chercher les accessoires déco en dehors des grandes enseignes. Je trouve que ce sont ces éléments-là qui donnent vie à votre intérieur : une housse de coussin faite avec des anciens torchons en lin, de vieilles photos noir et blanc chinées dans les vide-greniers, une affiche réalisée par un artiste… et puis bien-sûr vos souvenirs, à exposer. Les dessins des enfants, les photos de voyages, les livres qui vous inspirent… Finalement pas besoin d’acheter encore des accessoires décoratifs qui vont venir s’accumuler dans un tout personnel qui se suffit à lui-même !

Voilà, je n’ai sûrement pas répondu à mes questions mais j’ai déjà couché sur le papier une partie de ce qui m’interroge alors c’est un début… C’est un livre ouvert, une réflexion, une histoire, une pratique de la décoration qui évolue et s’enrichit au fil du temps, au fil de mes lectures, à l’image d’un intérieur qui représente un parcours de vie.

Mel. +++